Membres
                                 
   AUTEUR:   


Sésame:






Derniers sujets
» Je ne suis qu'une bête
Sam 10 Juin - 16:07 par Michel Bonnassies

» LA BATAILLE
Mar 30 Mai - 14:45 par madawaza

» Lord Commandant
Lun 22 Mai - 22:18 par laurent.agathe

» Pour un regard de toi
Lun 22 Mai - 8:21 par Claude

» CONFIT... de GÈNERATION.
Dim 21 Mai - 21:33 par GIBET

» Lettre à ROSE
Dim 21 Mai - 21:29 par GIBET

» Hara Kiri
Dim 21 Mai - 19:04 par laurent.agathe

» MON DICTIONNAIRE ...
Sam 20 Mai - 23:32 par GIBET

» L'âme des parpaillots Gaston Ligny Yves Alba
Jeu 18 Mai - 12:53 par Pizzi

» Une gueule noire (Gaston / Sylvain)
Dim 14 Mai - 18:35 par laurent.agathe

» pendant que j'pleure
Mar 2 Mai - 20:26 par Caméléon

» ILS ONT VENDU TOUS LES OISEAUX
Mar 11 Avr - 22:02 par laurent.agathe

» Filez, pompon / Michel Bonnassies / Garance
Sam 1 Avr - 14:15 par Michel Bonnassies

» Danser l’éternité / Michel Bonnassies / bipol
Sam 1 Avr - 14:05 par Michel Bonnassies

» Été d'éternité / Michel Bonnassies / bipol
Sam 1 Avr - 13:58 par Michel Bonnassies

» CONSENSUS à DEUX
Sam 1 Avr - 13:54 par Michel Bonnassies

» Le bruit et le silence
Dim 26 Mar - 14:10 par Claude

» Ton Univers
Sam 25 Mar - 20:49 par laurent.agathe

» Balade d’un corbeau….
Sam 25 Mar - 19:37 par Corbivan

» Pour un oiseau de perdu
Sam 25 Mar - 9:13 par Corbivan

» RAPPORTE-MOI
Ven 24 Mar - 10:29 par gaston ligny

» Quand nous avions si peur
Ven 24 Mar - 10:19 par madawaza

» Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"
Jeu 23 Mar - 21:09 par Garance

» Hara Kiri (blog zicos)
Jeu 23 Mar - 9:43 par laurent.agathe

» La ronde des cadavres.
Jeu 23 Mar - 7:49 par Claude

» Lord Commandant
Lun 13 Mar - 7:53 par yvon Chaloyard

» Après Toi
Sam 4 Mar - 20:09 par laurent.agathe

» Le vent nous l'a volé
Jeu 23 Fév - 10:32 par GIBET

» L'esprit de Noël
Dim 19 Fév - 9:43 par Jeff

» Chante,danse,ris...
Dim 19 Fév - 9:39 par Jeff

» FLEUR
Dim 19 Fév - 9:35 par Jeff

» Dix-sept ans
Dim 19 Fév - 9:30 par Jeff

» Fille de personne
Dim 19 Fév - 9:23 par Jeff

» AU FOND DE SON REGARD musiqué par Eric GUERIN
Dim 19 Fév - 9:18 par Jeff

» La crèche et le sapin
Dim 19 Fév - 9:16 par Jeff

Meilleurs posteurs
Mac Hoochie Plane (2863)
 
libreplume (2144)
 
Jeff (1542)
 
bipol (1353)
 
gaston ligny (1246)
 
Arabesque (1124)
 
Rêverie de plume (1056)
 
Garance (1011)
 
FurboTioul (949)
 
G.Léboul (945)
 


Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"

 ::  :: 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"

Message par Garance le Dim 19 Fév - 22:50

.

Ilaria, ta jeunesse endormie
que les amants caressent
reste de marbre et la finesse
de ton masque médiéval
garde, solennelle, ta solitude.
Dans l’oubli d’une cathédrale
le sépulcre, vide de présence,
devient le miroir des couples
en désespoir de vie à choyer.
Les femmes en robes grises
confient leurs maux stériles
à l’œuvre qui a révélé ta grâce,
mais les mots lumière seul le vent
les transporte jusqu’au fleuve Serchio
où des barbares ont dispersé tes reliques.
Les jeunes filles en robes rouges et turquoise
qui marchent le soir sur ces rives où tu règnes
Duchesse, laissent la chair tenir toutes ses promesses.


.
(en pensant à Ilaria del Carretto de Lucques)
avatar
Garance
auteur

Messages : 1011
Date d'inscription : 14/12/2011
Localisation : Rennes

http://parmotsetparcouleurs.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"

Message par GIBET le Lun 20 Fév - 16:33

J'aime beaucoup cette poésie chère Garance
Après tout entre nous pas besoin de note pour dire que l'on aime. Surtout depuis que j'ai découvert que l'on peut codifier l'amour ...comme un code de la route!
Avec toi et ton travail je ne me restreindrai pas d'aimer!
avatar
GIBET
auteur

Messages : 262
Date d'inscription : 24/01/2016
Age : 70
Localisation : Finistère

http://nos-mains.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Gibet

Message par Garance le Lun 27 Fév - 23:10

Merci Gibet. C'est pour des personnes comme toi que les poètes partagent leurs écrits.

Je ne sais comment peut être perçu ce poème que j'ai écrit après avoir lu que deux poètes avaient tenté d'écrire pour la belle Ilaria, mais que ces poèmes n'avaient pas réussi à lui rendre hommage... alors je me suis lancée.
avatar
Garance
auteur

Messages : 1011
Date d'inscription : 14/12/2011
Localisation : Rennes

http://parmotsetparcouleurs.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"

Message par Garance le Dim 12 Mar - 17:34

Merci encore Gibet. J'ai envie de m'exclamer : "Ah, si peu de réactions à ce poème !", mais je préfère sourire et me moquer gentiment de l'inspiration qui m'a poussée à parler d'une duchesse du XVème siècle, italienne de surcroit ! C'est si loin des préoccupations de notre monde. Les sujets ne manquent pas, pourtant !
Je m'égare mes amis et je pense surtout que la poésie est inutile à ce monde, quoi qu'on fasse (à moins de jouer le jeu du showbiz).
avatar
Garance
auteur

Messages : 1011
Date d'inscription : 14/12/2011
Localisation : Rennes

http://parmotsetparcouleurs.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"

Message par yvon Chaloyard le Lun 13 Mar - 7:44

Une broderie poétique du plus bel effet...il suffit de suivre la dentelle ?
J'aime beaucoup
avatar
yvon Chaloyard
auteur

Messages : 755
Date d'inscription : 06/02/2011
Localisation : haute savoie

http://www.yvonchaloyard.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"

Message par Garance le Lun 13 Mar - 13:56

Merci Yvon d'être passé me lire... je n'attends pas de longs commentaires, juste un petit signe des uns ou des autres pour me dire ce qu'éveille en eux la lecture. Bonne semaine à toi !
avatar
Garance
auteur

Messages : 1011
Date d'inscription : 14/12/2011
Localisation : Rennes

http://parmotsetparcouleurs.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"

Message par Corbivan le Jeu 16 Mar - 23:32

Bonsoir Garance,

c'est un bon sujet (puisque vous y tenez) et vous le traitez bien, le seul bémol c'est à mon avis le manque d'interlignes qui permettraient d'aérer et de distillez d'avantage vos vers, de leur donner  l'espace et le temps qu'ils réclament...Enfin ce n'est pas un avis d'expert je vous rassure.

Je repasserai noter...faut pas que j'oublie, ou que je me débine...toujours difficile la notation pour moi...

Corbivan

Edit : et pourquoi pas un titre plus cours : "Elles marchent le soir...'  qui ajouterait un peu de mystère, car l'amour...d'abord j'ai pensé au fleuve Amour ...et comme je suis nul en Géographie et en Histoire aussi, j'ai failli me perdre...
avatar
Corbivan
auteur

Messages : 54
Date d'inscription : 29/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Corbivan

Message par Garance le Ven 17 Mar - 0:19

Merci d'être passé Corbivan. Je prends note de tes observations qui sont celles du lecteur.

Je porte beaucoup d'attention à la présentation de mes poèmes, mais c'est quelque chose de tout à fait personnel... cad que cela n'est pas spécialement ce à quoi le lecteur s'attend.
Certains sont aérés, d'autres non, j'use parfois d'espaces, parfois non. Rien de récurrent... J'aime jouer avec leur forme, sans que ce soit un vrai calligramme (ou alors c'est le calligramme d'un symbole ou demi-symbole). Je reconnais que ces choix sont intuitifs et qu'ils peuvent ne pas être judicieux.

En ce qui concerne les titres, je préfèrerais ne pas en donner, mais ils sont nécessaires pour publier.
Là aussi, j'ai des goûts très spéciaux et je me plais à égarer le lecteur ( l'amour n'est-il pas de tous les pays... et puis la lecture du poème recadre la scène)

Mes titres de livres sont spéciaux, également. Le dernier : Si l'âme oiselle, la mère, veilleuse, poétise

Ce titre a eu le mérite de me faire éclater de rire lorsqu'il m'est venu à l'esprit, je me suis dit : "Non, tu n'oseras pas !" et tout compte fait je l'ai adopté. il doit y avoir dans ma poésie quelque chose de déjanté sans quoi je n'aimerais pas écrire... et cela se retrouve même dans les sujets "sérieux" ; une façon d'ouvrir une porte, hors réalité, d'entrer en poésie en chaussons de vair.

avatar
Garance
auteur

Messages : 1011
Date d'inscription : 14/12/2011
Localisation : Rennes

http://parmotsetparcouleurs.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"

Message par Michel Bonnassies le Ven 17 Mar - 21:02

C'est si loin des préoccupations de notre monde.
...je pense surtout que la poésie est inutile à ce monde

Un texte hors du temps qui mérite, c'est un travail finement ciselé, qui après plusieurs lectures transporte dans un autre univers. J'ai longuement hésité à apporter un commentaire mais voilà, ce soir, c'est le moment, parce que justement la poésie est inutile à ce monde, comme plein d'autres choses du reste et c'est pourquoi il est important de la faire vivre. Merci Garance pour la force de l'abnégation, seule une brise légère pourra balayer la vie pour la rendre meilleure. note:4
avatar
Michel Bonnassies
auteur

Messages : 470
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 56
Localisation : Amphion les Bains (Haute Savoie)

http://michel.bonnassies.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Michel

Message par Garance le Mer 22 Mar - 20:08

C'est en effet, dans un autre univers, une autre époque, que je souhaitais vous emmener. Ressentir la présence de ces femmes, marcher à côté d'elles, sans que les routes se croisent, annuler le temps et s'enrichir du temps écoulé en cette compagnie (toujours avec un regard tendre)
Merci pour ta lecture, Michel.
avatar
Garance
auteur

Messages : 1011
Date d'inscription : 14/12/2011
Localisation : Rennes

http://parmotsetparcouleurs.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"

Message par Corbivan le Jeu 23 Mar - 11:57

Bonjour Garance,

je reviens noter, mais comme je suis toujours gêné par la découpe particulière du poème, même si je me suis fait à l'absence d'interligne, je vais noter moins bien.
J'ai essayé de faire un exercice de redécoupage, je te le livre juste pour illustrer ce que j'arrive à lire plus "fluidement", mais cela vient sans doute de moi, qui n'arrive pas souvent à bien lire la poésie (surtout celle des autres :o) ).
Donc ça donnerait quelque chose comme cela (je me suis même permis un trait d'union pour 'mots lumière' et ça c'est peut-être exagéré ? (o:)) :

"
Ilaria,

ta jeunesse endormie que les amants caressent
reste de marbre
et la finesse de ton masque médiéval garde, solennelle,
ta solitude.

Dans l’oubli d’une cathédrale
le sépulcre, vide de présence,
devient le miroir des couples
en désespoir de vie à choyer.

Les femmes en robes grises
confient leurs maux stériles
à l’œuvre qui a révélé ta grâce,

mais les mots-lumière
seul le vent les transporte jusqu’au fleuve Serchio
où des barbares ont dispersé tes reliques.

Les jeunes filles en robes rouges et turquoise
qui marchent le soir sur ces rives où tu règnes,

Duchesse,

laissent la chair tenir toutes ses promesses. "


et  ma note  note:3
avatar
Corbivan
auteur

Messages : 54
Date d'inscription : 29/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"

Message par Garance le Jeu 23 Mar - 12:23

Je dois m'absenter...

Un autre découpage, qui est très bien et facilite la lecture (mais ce n'est pas moi).... Je reviendrai.
avatar
Garance
auteur

Messages : 1011
Date d'inscription : 14/12/2011
Localisation : Rennes

http://parmotsetparcouleurs.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"

Message par Corbivan le Jeu 23 Mar - 13:56

Je comprends tout à fait ta réponse, quand tu dis : ça n’est pas moi…

J’ai eu souvent cet à priori de l’authenticité, et je l’ai encore, c’est essentiel à ce genre de démarche, je crois, néanmoins avec le temps je me rends compte aussi de l’importance (qui ne doit pas primer) de l’accessibilité pour le lecteur potentiel.

En fait je distingue deux niveaux d’écrits (pour moi en tout cas) : ceux qui sont très intimistes et auxquels je ne peux, ni ne veux changer grand-chose, car : c’est moi !
Et les autres, plus généralistes, où finalement je suis plus à distance, et pour lesquels je peux changer des choses sans perdre l’essentiel de ce que ça veut signifier, tout en me faisant à priori mieux comprendre.

Je t’avoue que je me pose beaucoup de questions sur l’écriture, en amont, sur le pourquoi plus que sur le comment, et en aval – une fois un texte écrit – je commence à être un peu critique… et même auto-critique, mais j’ai mis beaucoup de temps à en arriver là…c’est-à-dire pas bien loin, et le résultat est mitigé, car j’ai beaucoup moins envie d’écrire qu’avant, ce qui est tant pis et tant mieux à la fois.

Tant mieux, car j’écrivais beaucoup sous le coup de la colère, ou du "ressentiment", un peu comme un exutoire aux sentiments, donc si je le fais moins c’est aussi que je suis moins bousculé.
Tant pis, parce que j'y tenais pas mal à cette façon d'exister (un peu plus, un peu moins, c'est selon ;o) )...
avatar
Corbivan
auteur

Messages : 54
Date d'inscription : 29/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"

Message par Garance le Jeu 23 Mar - 21:09

Il m'arrive de laisser des espaces entre les mots, de sauter des lignes, au grand désespoir des personnes qui m'aident à la mise en page. Tout cela dépend de ce que je veux dire.
Il est vrai que ta proposition se lit facilement, mais j'ai l'impression de voir la forme poétique que certains de mes amis poètes choisissent.
Là, c'est rassemblé, comme si les mots tenaient dans le sépulcre, alors que le poème les libère, cependant (on l'entend à la lecture qu'elle que soit la présentation).
Et puis il y a la forme ; une bottine (plus ou moins). Ce n'est pas parfait mais j'ai choisi mes mots et adatpté la longueur de certains vers (c'est mon côté ludique)

Je ne tiens pas à revenir sur une poésie parfaitement ponctuée, pour moi un saut au vers suivant équivaut à une virgule. J'aimerais tant pouvoir me passer totalement de la ponctuation mais je n'y parviens pas toujours. Une virgule, un tiret, un point, même, peuvent devenir nécessaire ! Alors je mets ma virgule, avec un profond sentiment d'impuissance ; la non-ponctuation ce n'est pas pour ce poème, encore !
Jean-Claude Pirotte y parvenait ! Sans majuscule, sans ponctuation, un habillage simple pour une poésie profonde !

Je cesserai sans doute d'écrire de la poésie quand une image, une sensation ne m'atteindront plus dans l'originalité d'une pensée... pas de colère en moi, un parcours semé d'émerveillements (de contraintes quand j'ai le malheur de vouloir publier un recueil)

Je pourrais aussi proposer sur le crayon plusieurs présentations pour mes poèmes (je l'ai fait quelquefois)

Merci pour ton avis, Corbivan. Je le comprends fort bien. On se pose beaucoup de questions quand on choisit d'écrire de la poésie libre.
avatar
Garance
auteur

Messages : 1011
Date d'inscription : 14/12/2011
Localisation : Rennes

http://parmotsetparcouleurs.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elles marchent le soir le long du fleuve "amour"

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 ::  :: 

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum